Les dernières finitions apportées ce mois-ci aux travaux des stades et des infrastructures dédiés à l’accueil de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) en 2021, apportent la preuve indubitable de l’efficacité des autorités camerounaises dans la mise en œuvre d’un tel projet.

Lors de la décision en 2014 d’organiser au Cameroun la CAN 2019, et alors même qu’en 2017, la Confédération Africaine de Football (CAF) avait fait passer le nombre de pays participants de 16 à 24 équipes (modifiant donc en cours de route le cahier des charges), le Cameroun et ses partenaires industriels se devaient de livrer dans les temps l’ensemble des complexes sportifs, des voies de transport, des hôtels et des systèmes de communications et de sécurité. Malgré un report de la CAN au Cameroun en 2021, le pays a tenu les délais.

Le président Paul Biya peut ainsi apporter une preuve concrète des promesses tenues par son gouvernement, et apporter au peuple camerounais quelques bonnes raisons d’être fier.

Des infrastructures renouvelées à l’occasion de la CAN 2021
Le Cameroun en avait besoin, et l’organisation de la compétition sportive internationale fut l’occasion pour le pays de mettre à niveau tout un ensemble de routes, et d’en créer de nouvelles. Il s’agit de permettre aux fans, aux journalistes et aux équipes d’avoir accès aux différents complexes sportifs dans des conditions de sécurité équivalent aux standards internationaux les plus modernes.

Si les routes constituent un élément fondamental de la finalisation des travaux, le Cameroun a également relevé le pari du logement des touristes en améliorant et modernisant sa capacité d’accueil des touristes dans les hôtels à proximité des différents sites des six stades retenus pour l’occasion.

Afin d’assurer une transmission fluide et sans coupure des matchs de la CAN 2021, les réseaux de communications ont également été améliorés et mises à jour vers des technologies de nouvelle génération.

La création et la livraison dans les temps de ces éléments de logistiques indispensables au bon déroulement de la CAN permettront également de satisfaire les besoins du pays bien au-delà de la compétition.

Réussir à tenir les délais

Les complexes sportifs : contrat rempli pour les entreprises des BTP
Il s’agissait sans nul doute du pari le plus ambitieux pour le Cameroun et son président. Les sociétés engagés dans ce défi de construire ou renouveler l’ensemble des complexes sportifs.

Qu’il s’agisse des Chinois de la CEMEC et de CHEC, des Egyptiens d’Arab Contractor, des Turcs de la société Yenigün, des Portugais de Mota Engil ou encore des Italiens de Gruppo Peccini, sur chacun des stades, ces entreprises et les ouvriers camerounais qui y ont travaillé, ont permis de tenir le cahier des charges et de globalement respecter les délais. Sur certains complexes omnisports, quelques finitions restent à faire, tel que le goudronnage du parking du stade d’Olembe à Yaoundé, qui sont actuellement en cours.

Pour le Cameroun, avoir réussi à tenir les délais de la construction de la totalité des infrastructures est une véritable source de fierté et a surtout permis de démontrer la validité de la méthodologie adoptée par le gouvernement.

Dariche Nehdi 

 

Les derniers articles

Write a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *