Selon les données rapportées à la Fifa, le président de l’ex-bureau exécutif de la Fécafoot est au centre d’une affaire de détournement présumé de 6 000 ballons octroyés par l’équipementier Puma, puis rachetés à coup de millions par ce dernier, mais jamais officiellement réceptionnés.

C’est l’histoire de 6 000 ballons offerts par l’équipementier Puma à la Fécafoot. L’histoire de 6 000 ballons offerts, mais rachetés à près de 100 millions de francs CFA par le Comité exécutif Tombi A Roko, en place à l’époque des faits. L’histoire de 6 000 ballons offerts et rachetés, mais jamais officiellement réceptionnés au siège de l’instance de Tsinga (Yaoundé). Cette histoire, la Fifa la connait ; puisqu’elle est contenue dans les conclusions de l’audit commandé par l’instance mondiale du football.

Selon Bekolo and Partners, un cabinet indépendant choisi pour effectuer cet audit qui a consisté à faire un contrôle minutieux de la gestion de la Fécafoot sous l’ère Tombi A Roko (de septembre 2015 à début août 2017) et dont les grandes lignes du rapport nous ont été contées en substance par une source ayant eu connaissance du dossier à Zürich, les faits se déroulent entre octobre 2015 et juillet 2016. Tout part d’un lot de 6000 ballons offerts par l’équipementier Puma à la Fécafoot, dans le cadre du contrat qui les lie.Une opération par laquelle la firme allemande aurait fourni avec bon de livraison de « 6001 ballons à la Fécafoot », expédiés au Cameroun par le prestataire « Sarl JCS Partenaire du Sport » basé en France.

Odeur de détournement de fonds et… de ballons

Or à la base, « la facture émise par ce fournisseur avoisinait les 25 millions de francs CFA, raconte notre source. La franchise des droits de douanes et taxes ayant été accordée à la Fécafoot par le ministère camerounais des Finances par l’intermédiaire de son collègue des Sports ». Le problème ? C’est que le Comité Tombi A Roko aurait procédé « au paiement de près de 100 millions de francs CFA au mandataire d’une entreprise belge inexistante et portant le nom d’OPTIN, pour l’achat des 6 000 en question », apprend-on encore. Pourtant, d’après les données rapportées à la Fifa, « cet argent versé par la Fécafoot a été payé sur la base d’une convention de représentation non datée, non cachetée et sans signataire », donnant mandat à un avocat « pour encaisser les fonds pour le compte de la société OPTIN en règlement des factures de vente présentant des informations inexactes de 6 000 ballons à la Fécafoot, sans preuve de livraison ou de dédouanement ou de réception desdits ballons ». Par ailleurs, poursuit le rapport, « pour ce prétendu achat de ballons, la facture du fournisseur date du 8 novembre 2015, alors que le bon de commande lui, date du 11 décembre 2015 ». Allez comprendre comment cela peut être possible !

Le rapport d’audit conclut à une « distraction des actifs » par le Comité Tombi A Roko avec la complicité de la société OPTIN. Et alors que la Fifa attend de ladite société qu’elle présente à la Fécafoot la preuve de la livraison desdits ballons, la copie du mandat signé, daté et cacheté, et que l’équipe Tombi présente pour sa part, la preuve de la réception de ce lot de ballons, des sources avisées croient savoir que ce n’est pas le seul scandale dans lequel l’ex-patron du football camerounais est plongé. Ce dernier serait trempé dans plusieurs autres affaires impliquant certains membres de son entourage.

Les derniers articles

Write a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *